Actus

Alors voilà. C’est reparti. Ou en tout cas ça repart…On ressort, et une chose est sûre, même si tout tourne encore un peu au ralenti, le Monde d’après ressemble furieusement au Monde d’avant. Et on se dit que c’est quand même un peu dommage. Qu’il y aurait bien des choses à changer dans ce Monde d’avant et d’après. Mais peut-être que tout n’est pas perdu ? A suivre…

Alors, nous voilà. Tout engourdis encore, qui sortons de notre coquille, nous aussi. On constate les dégâts (Comme cette édition 2020 du Festival Les Minuscules que nous avons dû annuler), tous les projets qui  sont remis à plus tard, dans quelques mois ou dans un an… Comme si toutes ces aventures artistiques, elles s’étaient écrites sur le sable. On devrait toujours se souvenir qu’on écrit sur le sable...

Mais ça y est, nous revoilà. Vivants, avec l’envie de continuer à aller au plus près des publics, de faire sens, de provoquer des retrouvailles, avec notre théâtre artisanal, cousu main, notre théâtre de proximité et de rencontre. Mais comment faire proximité, quand il nous faut aujourd’hui faire œuvre de distanciation physique ?

En réinventant, comme on l’a toujours fait, sans attendre des injonctions venues d’ailleurs... En s’amusant des contraintes, en imaginant des parades, en cherchant le confort de toutes et tous, tout en s’écartant des chemins balisés.

Alors dès cet été, nous serons là (si tout va bien…). A parcourir villes et villages, à rallumer les feux, à inventer des manières de retisser du lien et d’imaginer de jolis moments…

Avec « le bureau de la parole », une criée de rue publique qui se fabrique avec les messages – cris de colères, bons mots, états d’âme, poèmes et autres déclarations d’amour – que nous collectons auprès des passants…

Avec « la petite boutique des devinettes », petit moment intime pour un ou quelques spectateurs…

Avec les « visites singulières », où l’art de revisiter le quotidien en y amenant un autre regard…

Avec « Les petits lus » pour les tout-petit-e-s et les parents et accompagnants, des comptines et albums «en chantés» jeux de doigts, pour repartir avec des rêves dans la tête et des histoires dans les mains.

Avec « Le grand dire », Un voyage imaginaire, en histoire, en musique et en silence. Pour entendre le chant des oiseaux, Respirer la caresse du vent. Et se dire que le merveilleux, ça fait aussi grandir.

 

Hellemmes, le 11 juin 2020.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus